Portrait-robot d’un antivax

Diffuse et polymorphe, la sphère des opposants à la vaccination contre le covid-19 participe à la radicalisation de la société, au moment où une nouvelle vague d’infection frappe le Luxembourg. Une étude de l’Uni lève une partie du voile sur ce fragment de la population qui donne de plus en plus de la voix.

Cliquez pour écouter la vidéo

Le Luxembourg n’échappe pas à la contestation née de la crise sanitaire. Près de deux ans après le début de la pandémie, 14% de la population se déclare réfractaire à la vaccination, selon les dernières données issues d’une étude européenne menée par l’Uni.

Un chiffre moyen par rapport aux taux enregistrés ailleurs en Europe mais qui regroupe des caractéristiques communes. De quoi permettre de dresser un portrait-robot type des personnes hésitantes ou fermement opposées.

Mais vous, quelle représentation vous faites-vous de cette partie de la population ? Vérifiez votre vision à travers notre quizz...

Selon vous, les opposants aux vaccins sont plutôt

Effectivement, selon l’étude menée par l’Uni, 15% des femmes affirment hésiter face à la vaccination anti-covid. Contre 11% pour les hommes.
Selon l’étude menée par l’Uni, 11% des hommes se disent hésitants face à la vaccination, contre 15% pour les femmes.

Selon vous, les opposants aux vaccins sont plutôt des personnes percevant

Les données recueillies démontrent que 16,3% des personnes gagnant le moins se disent opposées à la vaccination. Contre 9,4% des personnes plus aisées.
Les personnes avec des revenus supérieurs à la médiane sont 9,4% à se dire opposées à la vaccination. Contre 16,3% pour celles gagnant le moins.

Les questionnements sur la vaccination se trouvent principalement

Moins impactées statistiquement, les catégories les plus jeunes des pays étudiés sont 17,6% à se dire hésitantes sur la vaccination
Les personnes les plus âgées ne sont que 8,5% à émettre des doutes sur la vaccination, contre 17,6% chez les plus jeunes.

Quel statut professionnel des antivax ?

Les personnes au chômage sont 21,1% à émettre des doutes sur la vaccination, loin devant celles ayant un emploi (15,4%) et les retraités (7%).
Ce sont les personnes au chômage qui se montrent les plus sceptiques (21,1%), loin devant celles ayant un emploi (15,4%) et les retraités.

Les personnes hésitantes se trouvent dans un ménage

Une différence minime existe entre les deux catégories, mais les personnes avec enfant(s) sont 15,8% à douter. Contre 12,3% pour celles sans enfant.
Une différence minime existe entre les deux catégories, mais les personnes avec enfant(s) sont 15,8% à douter. Contre 12,3% pour celles sans enfant.

Les opposants à la vaccination votent plutôt

Les personnes qui se retrouvent dans les valeurs conservatrices sont 16,3% à affirmer leur défiance, contre 10,1% pour les électeurs de gauche.
Les résultats de l’Uni montrent que ce sont les personnes qui se reconnaissent dans les valeurs conservatrices qui se montrent les plus méfiantes. Bien plus que les électeurs de gauche ou les centristes.

Les antivax ont plutôt confiance dans le gouvernement

Effectivement, les personnes remettant en cause les responsables politiques sont 17,6% à être méfiantes face aux vaccins. Contre 7,4% pour les autres.
Un point commun entre les opposants aux vaccins se trouve être un niveau de confiance peu élevé dans le gouvernement.